Compte rendu de la réunion de création du SEL du 29 janvier 2010

Publié le par unselenmoselle


Vendredi 29 janvier 2010

En présence d’une cinquantaine de participants


 moselle sous la neige

       Ordre du jour :

1 - Présentation du projet
2 - Echanges sur le SEL et les attentes de chacun
3 - Constitution du conseil d'animation

 

 

1 - Présentation du projet :

Les initiatrices du projet (Chloé, Séverine et Céline) se sont rencontrées par le biais d’une association de parents, et avaient envie de pratiquer des échanges divers, en dehors du système monétaire. L’idée leur est venue de créer un SEL, elles ont donc fait des recherches et se sont mises en relation avec l’association SEL’idaire (selidaire.org), association qui regroupe de nombreux SEL en France.


Elles ont constitué un certain nombre de documents (livret d’accueil, ébauche de catalogue, règlement intérieur … et en ont imaginé le fonctionnement.


Le souhait d’un fonctionnement largement démocratique amène l’idée de la création d’une association de fait pour le moment (sans déclaration auprès du tribunal), mais ce point peut évoluer en fonction de l’organisation et du fonctionnement du SEL dans le temps.


Le fonctionnement du SEL serait donc collégial, géré par un conseil d’animation d’une dizaine de personnes, chargé d’assumer les responsabilités du bureau et l’animation de l’association.


Un blog est déjà créé (unselenmoselle.over-blog.fr)  mais certains SEL, plus « technicisés », ont des sites internet. Cela nécessite cependant des compétences et des disponibilités importantes. L’objectif, pour des questions de coût et de temps, est de travailler au maximum par mail, mais toute personne qui ne fonctionne pas de cette manière pourra recevoir toute les informations par téléphone et courrier postal.

 

L’objectif de cette réunion est de recenser les participants potentiels au SEL, puis que chacun fasse part de ses offres et demandes de services et de biens afin de pouvoir travailler à la création du catalogue du SEL.


La participation au SEL, via l’accès au catalogue, nécessite une adhésion préalable dont le montant proposé, pour cette première année de fonctionnement, s’élève à 5 € par famille/foyer. L’adhésion est entendue par année civile. L’ébauche de catalogue est présentée aux participants. Pour les personnes extérieures au SEL, un catalogue anonyme sera disponible.


Le but d’un SEL est bien sûr de permettre des échanges en dehors du système économique traditionnel, mais également de créer du lien social et de permettre des rencontres. Celles-ci renforcent d’ailleurs la dynamique du SEL ; il est en effet primordial que les selistes puissent se connaître pour que le SEL fonctionne à plein. Des bourses d’échanges du SEL, voire inter-SEL, des réunions, des rencontres informelles viendront renforcer la vie du SEL.


Le choix opéré est de fonctionner sans comptable : chaque adhérent se verra donc remettre un livret d’échanges individuel pour gérer ses « flux ». La monnaie virtuelle choisie est la quetsche. Une quetsche correspond a priori à une minute de temps mais tout échange se négociant de gré à gré en amont, le système reste souple. Chaque trimestre, les livrets individuels sont relevés afin de faire le point sur la dynamique du SEL et vérifier que des adhérents ne sont ni trop créditeurs ni trop débiteurs. Ce mode de fonctionnement, basé sur cette gestion personnelle et l’échange de monnaie virtuelle, implique une forte notion de confiance.

 


2 - Echanges sur le SEL et les attentes de chacun :

 

La question d’un local de l’association est soulevée : la gestion d’un local induisant des coûts importants et une organisation complexe (notamment de permanences, etc.), il n’est pas question, dans un premier temps, de rechercher un local. Les réunions se tiendront dans des salles mises à disposition voire louées.

 

L’évaluation d’un service se fait au niveau du temps, mais prend-elle en compte la technicité mise en œuvre ? A ce jour, la base de l’échange se fait sur la base de « 1 minute = 1 quetsche ». Cela peut bien sûr être adapté (par exemple, si je garde le chat d’un adhérent pendant une semaine) mais l’idée mise en avant est que les compétences de chacun se valent.


Cependant, cela induit l’importance de l’accord de gré à gré, au-delà de la base posée (1 minute= 1 quetsche).


De plus, il n’y a aucune obligation à accepter l’échange d’un demandeur, chaque adhérent restant libre de participer ou non aux échanges proposés.

 

Comment se fait la prise de contact entre deux échangeurs ? Par le biais du catalogue, l’adhérent seliste possède les contacts de chaque proposant. La prise de contact se fait donc sans intermédiaire.


Le collectif d’animation, qui a notamment pour fonction de relever régulièrement tous les carnets, gère les difficultés qui peuvent éventuellement se présenter.

Il est précisé que l’échange ne se fait pas forcément entre un demandeur et un proposant. Il se fait par le biais du livret d’échanges qui comprend une annotation sur la compétence mise en œuvre, la valeur de l’échange…


A l’adhésion, y a-t-il préexistence d’un compte de quetsches ? L’idée avancée est de démarrer à 0 quetsche par adhérent seliste, puisqu’il n’est pas en soi problématique d’avoir un compte négatif. Dans un premier temps cependant, le débit du compte de chacun sera limité à 1.000 quetsches. En cas de compte abusivement débiteur (ce qui implique que l’adhérent ne joue pas le jeu de l’échange de services), cela sera relevé lors de la régulation trimestrielle des livrets. Le conseil d’animation gérera ces difficultés. La pire sanction qui peut être prise est l’exclusion du SEL.

 

Une association peut-elle adhérer ou chaque adhérent doit-il le faire individuellement ? La question ne s’était pas posée jusque là mais les adhésions se faisant par famille, il semble plus aisé que chacun adhère individuellement.

 

Les personnes en difficulté financière seront-elles pénalisées par l’adhésion à 5 € ? Cette question en amène d’autres, sur un montant éventuellement plus élevé pour assumer les frais de gestion, un potentiel local …

Dans l’ensemble, les participants s’accordent à dire que le montant modique demandé doit permettre à chacun d’adhérer. En tout état de cause il est décidé de fonctionner sur ce mode là pendant la première année, avec les personnes volontaires, et d’en tirer le bilan au terme d’une première année de fonctionnement. Ce bilan sera aussi l’occasion de voir si un dépôt de statuts associatifs est rendu nécessaire, si le groupe doit être scindé pour coller à un découpage plus localisé, etc.

 

3 - Constitution du conseil d’animation :

 

Les tâches à assumer par le conseil d’animation sont :

- accueil des nouveaux adhérents, mise à jour de la liste des adhérents ; (Michèle, Esther, Clément)


- trésorerie : gestion du compte de l’association en euros (Gilles);


- édition du catalogue des offres et demandes et mise à jour régulière (Brigitte, Clément);


- gestion de la comptabilité de tous les échanges en unité quetsche. Cela suppose un retour régulier des comptes des adhérents (Aurélie, Céline);


- compte rendu écrit des réunions (Solène, Violaine);


- édition et distribution d’un bulletin interne qui peut contenir les comptes rendus précédents, le catalogue, la mise à jour de la liste des adhérents, des nouvelles des activités du SEL, des SEL voisins ou de SEL’idaire, une tribune libre ouverte aux adhérents (Vincent, Patricia);


- aide aux adhérents qui ont des difficultés et médiation en cas de litige (Vincent, Chloé, Paulo);


- organisation des manifestations (réunions, bourses d’échange, activités festives, culturelles) (Isabelle, Bernadette, Brigitte, Paulo).


- gestion de la boîte mail et du blog, communication externe du SEL (Séverine)


D'autres tâches seront à se répartir.

Le conseil d’animation se réunira au début du mois de mars.

 

L’ordre du jour étant épuisé, la réunion se termine par un pot, apporté par les participants. Merci à tous !